Skip to main content

Full text of "Invocation à l'amour. Chant philosophique [electronic resource]"

See other formats


Digitized by the Internet Archive 

in 2014 



https://archive.org/details/b20441952 



i 



• INVOCATION 

( '} r ; A /?//r///. 

Père du genre humain ei de la volupté , 

Amour, viens me remplir de ta divinité . 

Pour que de tes transports je rende les extases, 

Il faut <{ue de tes feux toi-même tu m'embrases. 

On ne me verra point dans le sacré vallon , 

Invoquer aujourd'hui les neuf soeurs d'Apollon 

A moins que tour à tour , je ne les dépucelle, 

Et que ta vive ardeur dans leur sein n'étincelle : 

Une vulve inutile est pour moi sans appas : 

Un Clitoris çlacé ne m'inspirerait pas ; 

Un Con brûlant , voilà ma poétique arène , 

Le foutre jaillissant , voilà mon hippocréne . 

Amour , viens donc m 'offrir cet adorable Con 

Et que, grimpant dessus , il soit mon hélicon .... 



/ 

Oui , hi remplis mon voeu;. . j'embrasse ma maîtresse, 
El mon membre se plonçe au fond de son permesse . 
Fais plus; sons mes Comllons viens placer (on 1 lambeau 
El que des feux du Ou s'eVhaufle mon cerveau .... 
Ta m'entends : . . je suis plein de ta divine essence . . . 

Tu sais me dévoiler l'éternelle science 

Sur l'aile du plaisir tu m'éle'ves aux cieux 

Je ue'nétre avec toi les myste'ros des Dieux . 

Un principe est trouve' .... plus de causes secondes 

Tout fout , tout a foutu ( de là sont nés les mondes . . 

Que d'êtres diffe'rens . cjue de Cons de Couillons 

Ton flambeau vient hrnier de ses nombreux rayons .' 

Je vois naître à mes yeux mainte race future : 

Tn fais a tous momens décharger la nature ; 

De sa matrice en teu les ovaires féconds, 

De spermes bouillonnans aspirent les flocons 

Tout cède à ton pouvoir; tout suit la loi suprême ; 

La se'nération te doit tout son système. 



(0 

Taisez- vous ! sois savans , fanatiques Docteurs: 
Ce que je vois dément vos sonçes imposteurs . 
Oui ce vaste univers , quoiqn'en disent les prêtres, 
N'est qu'un immense oon où s'engendrent les êtres ; 
Et quand par la mort même ils nous semblent détruits, 
Sous mille aspec ts divers je les vois reproduits ; 
Tout chance à chaque instant , et rien ne doit s'éteindre 
Vers un but créateur tout s'empresse d'atteindre .... 

Mais quelle volupté' m'ôte le sentiment ? 
Je me meurs ! je me pâme .... un exquis frottement 

Electrise ma verge .... au sein de ma fulvie , 

Je la sens élancer l'étincelle de vie .... 

Nous tombons épuisés sons l'excès des plaisirs . . . 

Une douce langueur remplace nos désirs .... 

Oui , l'augure est certain, ah qu'elle jouissance .... 

Un être nous devra sa nouvelle existence 

Et . pourquoi cette ivresse et ce charme attache' 

Au délire des sens, s'il doit être un péché? 



i 



( 

Répondez -moi ( Docteurs , vos J ois religieuses 
Me semblent sur ce point , sottement rigoureuses : 
Si l'Etre (nul -puissant n'a rien fait par erreur, 
Un plaisir qu'il créa doit il nous faire horreur ? 

Aux vertus , dites vous , ce plaisir i"-t contraire 
11 éteint dans nos coeurs leur germe salutaire. 
Si le ciel l'a créé, c'est pour nous éprouver, 
Pour faire des enfans ; et non pour y trouver 
Cet attrait dan séreux , dont la truelle flamme 
S'échappe de Kenfer pour consumer notre àme : 
Il veut ijue deux époux , dans leur chaste nniou 
Portent tous leurs reçards vers la religion ; 
Et (jue loin d'inventer des postures lascives 
Qui rendent leurs ardeurs encore plus actives , 
Il çourmandent leurs sens et conjurent les sains 
De leur faire créer des enfans purs et sains; 
L'église enfin défend la volupté charnelle ; 
La grâce avec l'église étant coéternelle , 



0) 

Il s'en suit que les sens sont ennemis de Dieu: 
Adam damné par eux , prouve . . . Eh! Docteurs , adieu: 
Je hais la déraison . mais non ; il faut répondre 
Par de sûrs arçumens ( j 'ai de quoi vous confondre . 

Avant le fanatisme et le sot préjugé 
Qui fondent tons les droits du despote clerçé , 
Soumis au tendre amour , chez. les peuples antiques 
On dressait des autels aux plaisirs erotiques ; 
Et pour ses chers açens , la propagation 
Commandait en tous lieux la vénération : 
C'est par eux qu'on jurait ; et malheur aux profanes 
Qui souillaient dans ce tems ces précieux organes : 
C'était un crime affreux , un horrihle attentat 
Que châtiaient alors les loix de chaque état . 

\u temple de Vénus , des prêtres, pour offrandes, 
Et de Cons et de Vifs festonnaient des guirlandes ; 
Là, des Couples heureux , au vif éclat du jour. 
Tout en s 'ent refoutant , chantaient l'hymne d'amour; 



Et l'odeur de lu vulve , en vapeur émane'e , 
Dans l'air, pour tout parfum, était abandonnée. 
Venu?. . en souriant voyait tous les mortels 
Venir à coups de cul encenser ses autels . 
O Cythère 1 ô Lesbos . et toi Guide adorable . 
Ou tout était bonheur , ou tout était aimable, 
Permets que mon crayon esquisse dans mes vers , 
Quelques uns des tableaux de tes charmes divers., 
i' Chastes Docteurs , tremblez : de la concapissence 
Vos esprits trop épais vont sentir la puisRance , 
Voyez sons ces bosquets, sous ces myrthes fleuris 
Les Grâces et les Jeux , les Désirs et les Ris , 
Conduire en fdàtrant cette aimable jeunesse 
Que Vénus va bientôt remplir de son ivresse ; 
Voyez ces beaux carrons aux regards pleins d'ardeur, 
De leurs sceptres d'amour admirez la vigueur . . . . 
Mais non ; retournez - les : Combien d'attraits possède 
Pour l'oeil «l'un casuiste un eu de Ganiméde 



(') 

Contentez- vous , Docteurs : nous connaissons vos goûts.... 

De ces eus rebondis admirez bien les trous .... 

Moi, je me fixerai sur cette gorçe émue 

Qu'une gaze légère offre à peine à ma vue-. 

Sons les plis transparens du tissu délicat , 

De ses jolis boutons j'entrevois l'incarnat ; 

Je guette les contours de cent formes charmantes ; 

J'en découvre enivre' les beautés ravissantes ; 

Je les vois , je les touche et soudain , me pâmant 

Toute mon âme fout à leur aspect charmant .... 

Dieux . la zaze indiscrète est enfin arrache'e 

Sur des lits faits de fleurs chaque Nymphe est couchée; 
Bientôt elle se groupe à son amant heureux ; 
Je suis les mouvemens de leurs corps amoureux ; 
Je vois du frais conin les lèvres demi doses 
Faire honte à l'e'olaf dont se parent les roses . 
Aux coups précipités qu'il donne et qu'il reçoit 
Le vit jusqu'à son fond s'ouvre un passade étroit 



(.) 

11 s'élève il s'abaisse , et son rem élastique 
Suif les sensations de son ardeur lubrique 

C'en est l'ait : du Priape il pompe la liqueur ; 

La Nymphe en, se pâmant comprime son vainqueur ; 

Sur l'ébène tins»' qui surmonte sa fente 

Du- sperme j'appercois la mousse blanchissante . 

Partout <le tous côtés on n'entend que soupirs 
Emportés dans les airs par l'écho des plaisirs . 

Hé bien, Docteurs, hé bien, dites- moi que vous semble 
Des voluptés qu'amour dans ces beaux lieux rassemble? 
Je crois à leur aspect vous avoir vu branler . . . 

Infâme . . . . taisez - vous : vous nous faites trembler. 
Ces teins d'impuretés sont des tems exécrables ; 
Le ciel aura livré tous ces peuples aux diables ; 
Et pour punir ici vos discours dangereux 
Puisse-l-il à l'instant vous damner avec eux! 

Grand merci .... cependant , en goûtant les délices 
De ces plaisirs charmans que vous traitez de vices , 



(0 

Et dont Dieu /.suivant moi , par un sa^e dessein, 
Permet que les désirs embrasent notre sein ; 

L'heureuse antiquité, plus qu'au tems ou nous sommes, 

Et ail riche en vertus et fertile en grands hommes, 

Et ses prêtres lascifs, dans les champs mexicains, 

N'eussent point par millions massacré les humains ; 

Ils ne s'avisaient pas de condamner les âmes; 

D'outrager la nature en jettant dans les fiâmes 

Celui rrai par malheur , ne pensant pas comme eux , 

Refusait de ployer dessous un joug honteux : 

Ce ne fut que plus tard que l'affreux fanatisme 

Arma «l'un fer sanglant la main du rigorisme; 

Au nom du Créateur égorgea les mortels 

De membres palpitans décora les autels ; 

De l'inquisition, de son infâme office , 

Affermit le pouvoir par l'effroi, Le supplice ; 

D'un malheureux mourant , de fiâmes dévoré , 

Fit , aux jours solennels un spectacle sacre ; 



El par cet appareil de sans; el de earnase , 
Intimida le peuple et fit taire le sage . 
Dès- lors tout lui changé dans la société : 
L'homme fanatisé perdit sa dignité ; 
Il prit pour des vertus l'erreur et l'imposture 
Il étouffa la voix de la tendre nature : 
Le père sans remords , tyran de ses entans , 
Dans des cloîtres obscurs i'it ('couler leurs ans , 
Pour plaire au Créateur qui veut qu'on se féconde 
On i rut que l'on devait abandonner le inonde; 
Mais le courroux des dieux bientôt se fil sentir 
Par d'inipuissans désirs suivie du repentir ; 
De -là, le désespoir qui contraint les victimes 
Pour contenter leurs sens , de recourir aux crimes 
Le doux hymen lui-même oubliant ses devoirs, 
Soumis aux prejiii;e's en subit les pouvoirs : 
Pour se faire baiser , au sortir de l'église 
La dévote perça deux trous à sa chemise . 



(„) 

Les chers Directeurs seuls , grands faiseurs de cocus 

Pouvaient voir et palper les trésors des beaux Cus . 

Et l'époux , débouté d'un noeud qui le désole , 

Chez d'infâmes Lais fut chercher la vérole. ; 

Ou d'une concubine achetant les transports ? 

Fut pour elle en vrai fou vider ses coffres torts ; 

Ou bien, en se'dnisanl une amante - sincère , 

A des enfans bâtards fit haïr la lumière 

Voilà, Docteurs cahots, voilà de faibles traits 

Des maux que les humains doivent, à vos forfaits .... 

Mais quoi . vous vous taisez ? qnoi . plus de paradoxe ? 

La raison, il est vrai , u'esl pas trop orthodoxe : 

Elle doit vous déplaire; et vous laites très -bien 

De fuir pleins de dépit ; mon vainqueur entretien .... 

Partez donc .... et toi , Dieu , dont les tendres faveur 

Adouciront toujours notre sort et nos mreurs . 

Reste , divin Amour ; que l'attrait de tes charmes 

Des mondes opprimes vienne sécher les larmes ; 



( 12 ) 

Que toujours les époux variant les plaisirs, 

Près qu! aussi- tôt éteints raniment leurs désirs 

Prouve -leur qu'embellir le nœud qui les engage , 

Ce n'est pas se livrer au vil libertinage ; 

Que de l'excès surtout , redoutant le poison , 

An sein des voluptés ils suivent la raison : 

Sous la satiété quand notre âme succombe , 

Nos plaisirs les plus vifs descendent dans la tombe , 

11 faut pour bien jouir , savoir se modérer ; 

Qui veut goûter son vin ne doit pas s'enivrer . 

M;ds je veux quelque jour, Amour, si tu l'acceptes 
Réduire l'art de foutre en de sages préceptes ; 
Aujourd'hui seulement pour éprouver ma lyre , 
Je ne veux que chanter ton aimable délire : 
Viens soutenir ma voix , et que par mes essais , 
Tout l'univers fouteur présage mes succès . 



t K VAN 0.U I S S EMENT 




t-Jà avec A^ào ,/<> ^/'<*<> 



1 2 / 

(a Uà f 




Jn < ï/mt lehrid. 




BP 




,'ATT ENTE VOLUPTUE U S E » 

» Û r.t/ ûmJ, c/ief ,11111. de caMey un va#n iru 
,^t>n t/ctyt u? .>u//îr Mit,< à mm aen fi-uf- rit p-n .■ 

frn ditire /'a/y, 
('/ /„,</.<, *»/ teà > //»<-f</.< ,/i<nt<f<f /<■/> rr/ <///-£■«/■<> . 



r '/^ / //(<>/, 



L'EXTASE. - 



ir//t/. &?n 



'■4at4M'/ ; S6-/6i***nif en/ ntMH* /ïr/i/><) o>u/rf 



6/ '/i/rul/fe men, sffJrt /s/ me Yrû/é <»>m/^^ 



.A» /ï/ert/ tj'/tr 



M 




AVIS AUX ATUUES.Qjl 



' 'ii , <\/i ,up /,'■, / ■t/t'-tt-A'/r/' /il .itti'^itri' ,/,:> • //,•//./•;> 

</a/„:,; 

( / ée/ihy.ue rr/t,i /< !(/t -. j'< r<-/in ,i /,•.>/■•. /<,' d /t.i- . 

Tn Û£énv %ï*tuk 



I 



\ 





(